Accueil 5 Moyen-Orient 5 L’Iran cible deux bases militaires américaines en Irak

L’Iran cible deux bases militaires américaines en Irak

Quelques heures à peine après l’enterrement du général Qassim Suleymani, tué par une frappe américaine à Baghdad le 3 janvier dernier, les forces des Gardiens de la révolution iranienne (IRGC) ont lancé une attaque de missiles contre des bases américaines en Irak vers minuit le 8 janvier.

Camp Taji, en dehors de Baghdad et Ain Al Asad AFB dans la province d’Al Anbar, ont été frappé par une salve de 22 missiles balistiques de courte et moyenne portée. Deux heures plus tard une quarantaine de roquettes ont été tiré, par des éléments de la 45e brigade de la milice Kataib Hizbollah contre Ain Al Asad.

Le Ministre des Affaires étrangères Ahmad Javad Zarif a annoncé, quelques minutes après l’attaque, que son pays avait conclu des mesures proportionnées d’auto-défense en accord avec l’article 51 de la charte des Nations Unies, en ciblant une base à partir de laquelle des citoyens et des officiels avaient été ciblés. Et d’ajouter “nous ne cherchons pas l’escalade ou la guerre, mais nous nous défendrons contre toute agression”.

 

A son tour le Président américain Donald Trump a réagi sur son compte Twitter en confirmant la frappe de missiles en rassurant son peuple: “jusque là tout va bien! une évaluation des dommages est en cours.” a-t-il affirmé et d’ajouter sur un ton menaçant à l’adresse de l’Iran: “Nous avons de loin l’armée la plus puissante et la mieux équipée du monde! Je ferai une déclaration demain matin”

Selon plusieurs observateurs, l’attaque sur Camp Taji est le fait de missiles Fateh 110 de l’IGRC qui contrôle la force balistique iranienne. Ce missile, qui est un SRBM, peut être tiré par des lanceurs mobiles et demeure très difficile à détecter ce qui compense sa portée limitée qui tourne au tour de 300 Km.

Camp Ain Al Asad a par contre été ciblé par six missiles Qiam, lancés de la région de Tabriz dans l’extrême Nord-Ouest de l’Iran. Le Qiam est un missile plus lourd avec une portée de 750 Km qui a déjà été utilisé pour frapper des cibles de l’Etat Islamique en Syrie en 2017.

Selon le spécialiste Babak Taghvaee, cinq missiles ont raté leurs cibles tandis qu’un seul a été abattu par une batterie C-Ram (Phalanx).

Pour le moment la question qui se pose est relative au bilan humain de ces frappes. Le choix des armes, plutôt lentes et visibles, celui de l’heure, font penser à une attaque symbolique de l’Iran. Si par contre le bilan humain est élevé, cela pourrait être considéré par les Etats-Unis comme une déclaration de guerre.

La télévision iranienne annonce un bilan de 80 soldats américains tués, mais les officiels américains et irakiens ne font pas état de morts parmi leurs rangs.

Plusieurs chasseurs furtifs F-35 américains auraient décollé de la base d’Al Udeid pour menacer la flotte iranienne. Des raids aériens ont aussi ciblé des camps des milices populaires (PMU) en Irak, notamment à Ramadi.

 

Comments

comments

Laisser une réponse

x

Check Also

Tunisie-Belgique réunion de la Commission Militaire Mixte

La 7e Commission Militaire Mixte (COMIX) entre les forces armées belges et tunisiennes a été ...

La LNA bombarde le port de Tripoli pendant une livraison d’armes turques

Les forces de l’Armée Nationale Libyenne (LNA pro-Haftar) ont procédé à un tir de roquettes ...

Su-24

Premières images des Su-24 algériens en cours d’upgrade en Russie

Nous en avions parlé en juin dernier sur MENADEFENSE et le blog de Diana Mihailova ...