Accueil 5 Moyen-Orient 5 La méthode russe en Syrie, entre chirurgie et rouleau compresseur

La méthode russe en Syrie, entre chirurgie et rouleau compresseur

Russie SyrieLa Russie entre dans une phase inédite dans sa guerre contre l’organisation de Etat islamique. Mardi 17 novembre, à peine la confirmation du caractère criminel du crash de l’avion de ligne russe dans le Sinaï faite par le FSB, le président Vladimir Poutine déclenche le feu contre Daech en Syrie, et pour la première fois de l’histoire de son pays, et même de l’Union soviétique, utilise son aviation stratégique dans une opération militaire.
Pour la première fois donc, la Russie a engagé des Tupolev 160, 95ms et 22m3. Mieux, l’aviation stratégique a effectué les premiers tirs du dernier missile de croisière russe, le Kh101, qui a les capacités du Tomahawk américain et peut atteindre des cibles avec une grande précision sur plus de 3000 km.
En seulement trois jours, les forces aérospatiales russes ont frappée 448 cibles de Daech, loin de la soixantaine de bombes larguées par les appareils français. Alors, quel est le secret de l’efficacité de la méthode russe ? D’abord la transformation de la base aérienne d’Al Hamiem, près de Latakieh, et donc au cœur des combats, permet à l’aviation d’attaque russe de n’avoir recours ni au ravitaillement en vol ni aux réservoirs externes de kérosène. Ce qui permet de maximiser l’emport des appareils.
Au lieu des deux bombes que peuvent transporter les Rafale français qui décollent des Emirats, les appareils russes peuvent en transporter une douzaine. Mieux, le fait qu’ils soient sur place leur permet de mener des missions de recherche et de destruction, avoir plusieurs appareils à différents niveaux et à différentes altitudes donne la possibilité aux Russes de repérer et traiter des cibles d’opportunité lors de leurs patrouilles de combat. Une technique inédite a même été expérimentée par le corps expéditionnaire russe qui a modifié des drones en y ajoutant une tête explosive ; ainsi, dès qu’un groupe d’hommes armés est repéré, il est immédiatement ciblé.
De plus, les Russes veulent démontrer aux forces de l’OTAN que leur armée est en passe de rattraper leur retard technologique. Moscou n’hésite donc pas à faire étalage de sa technologie en utilisant des armes de haute précision, mais en revenant parfois aux habitudes du rouleau compresseur soviétique, comme on a pu le voir mardi derier.
L’autre avantage décisif qu’ont pris les Russes en Syrie est qu’en y installant une base, ils ont réussi à déployer des systèmes de brouillage et de défense aérienne à très longue portée, empêchant toute intervention aérienne contre l’Armée arabe syrienne ou le régime. Enfin, bien que limité, le corps expéditionnaire russe au sol a réussi à désenclaver la base de Tartous et permis aux forces syriennes de monter au front. L’apport en équipements a aussi été déterminant.
L’utilisation des lance-roquettes multiples thermobariques Tos M1 a eu un effet dévastateur sur les groupes terroristes, idem pour les lots de tanks offerts aux Syriens. Les objectifs de Moscou en Syrie ? Au minimum couper l’accès des groupes aux frontières avec la Turquie et la Jordanie, récupérer les principales villes syriennes et détruire l’infrastructure et les sources de financement de Daech. La méthode adoptée est tout aussi asymétrique que celle utilisée par l’EI : mêler technologie et puissance de feu.
In El Watan Weekend
http://www.elwatan.com/actualite/la-methode-russe-en-syrie-entre-chirurgie-et-rouleau-compresseur-20-11-2015-308009_109.php

Comments

comments

Laisser une réponse

x

Check Also

Les premières images du TOS 1A Algérien

Voici ce qui est présenté par le blog Altyn 73 comme étant le premier lot de ...

La “boite noire” d’AQMI abattue aujourd’hui

Il figurait en haut de la liste des terroristes les plus recherchés au Maghreb et ...

Abdesslam Tarmoun éliminé en Libye

Le chef du groupe armé Mouvement des Fils du Sud pour la Justice a été ...