Accueil 5 Algérie 5 Les détails de l’accord nucléaire algéro-russe

Les détails de l’accord nucléaire algéro-russe

rosatomLe décret présidentiel n°14-378 daté du 30 décembre 2014 et signé le 3 septembre 2014 entre Alger et Moscou, qui a été publié dans le Journal officiel le 25 janvier dernier, promet de faire entrer littéralement l’Algérie dans l’ère atomique en proposant un catalogue très poussé et un accompagnement complet dans le domaine du nucléaire civil.

Le décret prévoit l’assistance de l’agence russe Rosatom au ministère de l’Energie dans le développement de bout en bout d’une véritable industrie nucléaire en Algérie. Cette assistance couvre les domaines de la formation des ingénieurs et des techniciens nucléaires algériens par leurs homologues russes, l’échange d’informations scientifiques et techniques par tous les moyens, l’organisation de colloques et de conférences technique au profit et en collaboration du monde universitaire algérien et la mise en place d’équipes conjointes pour la conduite des activités de recherche, de développement, d’ingénierie et d’expérimentation.

L’offre moins académique concerne la fourniture de matériaux nucléaires, de matières entrant dans le processus de production nucléaire. L’assistance à la partie algérienne englobe aussi l’ingénierie intégrée des projets d’énergie nucléaire, l’aide à la gestion des combustibles et le traitement des déchets nucléaires. Ce dernier point, très sensible, implique l’aide à la mise en place d’une stratégie de gestion du risque nucléaire et la définition des normes et assurances liées à la production et aux installations atomiques, et l’engagement de la Russie d’intervenir en cas de situation d’urgence nucléaire.

Le dernier domaine de coopération proposé par Rosatom, c’est la prospection, l’exploitation et l’exploration commune des gisements de matière première nucléaire en Algérie. Bien évidemment, l’accord se limite uniquement aux aspects civils de cette industrie et tout transfert d’équipements et de matériaux se fera sous la surveillance de l’Agence internationale de l’énergie atomique.

Des règles strictes de limitation à l’industrie civile figurent dans le décret, avec aussi une interdiction de revente à des pays tiers ou de réexportation ou d’enrichissement des produits de cette industrie. Un plan national d’exploitation de l’énergie nucléaire semble se dessiner, avec pour objectif de contribuer à la production d’électricité à l’horizon 2030. L’Algérie a plusieurs accords de coopération avec de nombreux pays, entre autres l’Argentine, la Chine et plus récemment les Etats-Unis et la France.

 

Mais c’est l’accord stratégique avec la Russie qui semble offrir un plan de développement de ce genre d’énergie. Il est à rappeler que l’Algérie dispose d’un programme nucléaire civil qui date des années 1980 avec deux centrales expérimentales, à Alger et à Aïn Ouessara. Ce programme avait éveillé quelques suspicions de la part de certains pays voisins. L’Algérie est signataire du Traité de non-prolifération des armes atomiques, ratifié en 1995.

In El Watan Weekend 06/02/2015

 

Comments

comments

Laisser une réponse

x

Check Also

Un défilé militaire pour la célébration du 1er Novembre à Alger

Les autorités algériennes ont prévu un défilé militaire de grande envergure dans la capitale pour ...

Libye

Libye: élimination d’un trafiquant d’armes de Daech

Les forces spéciales de la brigade Tarik Ibn Ziad, qui dépendent de l’Armée nationale libyenne ...

Contrat de stations hydroacoustiques pour l’Ukraine

Selon nos sources en Europe, en juillet 2021, un contrat entre le Ministère ukrainien de ...