Accueil 5 Algérie 5 De l’intérêt du Su-57 en Algérie

De l’intérêt du Su-57 en Algérie

Client historique du complexe militaro-industriel Russo-soviétique depuis son indépendance, l’Algérie a renforcé sa coopération lors de la visite du président russe Vladimir Poutine en 2006, s’en est suivi la signature d’innombrables contrats d’achats militaires pour moderniser complètement les forces armées.

Depuis 2018, l’Algérie est régulièrement citée comme client potentiel par la presse Russe du Su-57 et les indices de son introduction dans les forces aérienne algérienne se font de plus en plus clairs. En 2019, une délégation militaire de haut niveau conduite par le Général-major Hamid Boumaiza a examiné attentivement le Su-57 au salon aéronautique MAKS à Joukovski dans la banlieue de Moscou et en 2020 le chef d’état-major de l’ANP Saïd Chengriha se voit offrir une maquette du Su-57 par Alexander Mikheev, PDG de l’agence chargée des exportations du complexe militaro-industriel russe Rosoboronexport.

Logique opérationnelle du Su-57

On va se passer de l’étalage des capacités techniques du Su-57 pour s’arrêter sur son intérêt tactique. L’objectif du Su-57 n’est pas d’obtenir une suprématie aérienne, il participe avec d’autres systèmes à interdire à l’adversaire de l’obtenir en détruisant des cibles à haute valeur comme des ravitailleurs, avions de contrôle aérien et de transport grâce à des missiles air-air très longue portée. Les missions d’attaques nécessitant une furtivité accrue pouvant être confiées au drone S-70 Okhotnik avec qui il interagi préservant ainsi le Su-57 qui reste à distance de sécurité.

Bulle A2 /AD, un concept en évolution.

Pour comprendre l’intérêt du Su-57 il faut déjà comprendre l’approche stratégique de l’armée algérienne.

L’Algérie a l’ambition de renforcer son arsenal de déni d’accès (A2/AD Anti-Access/Area-Denial) en sanctuarisant son territoire par une montée en gamme de son armement dans l’objectif de dissuader l’agresseur potentiel en modifiant l’équilibre tactique et stratégique. En créant une puissante contestation par la réduction de sa liberté d’action, cela augmente la prise de risque de l’agresseur et donc son coût opératif et humain. Ces bulles offrent un parapluie de protection modifiant les rapports de forces locaux et accroissent la perception de vulnérabilité des pays voisins dont une partie du territoire et des cieux se trouvent à portée de tir de ces systèmes d’armes le dissuadant de passer à l’action.

Cela transparaît par exemple à travers les acquisitions de système de missile S-300PMU2 et d’une suite de protections multicouches très denses composée des systèmes Pantsyr-S1, Buk-M2 et de guerre électronique, du renforcement de la marine avec des sous-marins 636.1 Kilo avec missiles de croisière Club-S ainsi que des systèmes radar d’alerte précoce comme le Rezonans-Ne.

Dans ce concept d’approche stratégique, le Su-57 a parfaitement sa place dans l’arsenal algérien pour compléter ce dispositif avec un nombre relativement réduit de 14 appareils qui devraient rejoindre les forces aériennes d’ici à 2030 selon le calendrier de livraison de l’armée russe qui est prioritaire.

Dr.Watson

 

 

 

 

Comments

comments

Laisser une réponse

x

Check Also

Double première pour l’armée marocaine

Les forces armées marocaines ont réceptionné leur premier drone d’attaque Bayraktar TB-2 cette semaine. Un ...

Rostec ouvre le premier centre de service pour les moteurs de Yak-130

Selon un communiqué de presse diffusé aujourd’hui, le conglomérat technologique militaire russe Rostec à travers ...

L’Algérie commande six corvettes Type 56 à la Chine

Les deux premières corvettes lourdes dérivées du Type 56 chinois destinés à la marine algérienne ...