Accueil 5 Algérie 5 Comment "Fafa" nous espionne

Comment "Fafa" nous espionne

Chaque trimestre au niveau des consulats de France, à Alger, Oran et Annaba, sont organisés, ce que le personnel diplomatique français appelle, des réunions de sécurité.
Quoi de plus banal que de coordonner la sécurité entre les trois annexes de la représentation diplomatique éparpillés aux quatre coins du pays, me diriez-vous ? Peut-être, mais si vous appreniez que ces réunions se tiennent, en sus du personnel, en présence de mystérieux « pivots de sécurité » représentant les wilayas gérés par le consulat concerné ?
Qui sont-ils ? Des civils Français expatriés en Algérie ou des binationaux, un par wilaya, ils sont parfois plusieurs dans les grandes villes (Alger, Oran, Annaba, Constantine), ils sont aussi dans certains cas des  responsables de la sécurité de grandes entreprises Françaises installées en Algérie.




Ces pivots de sécurité sont chargés de récolter les informations et les transmettre aux consulats, ils sont aussi chargés de coordonner les exfiltrations de nationaux français en cas de problèmes dans leur zone et de veiller aux biens de la France.
Ils n’ont pas spécialement un profil d’espion ou de professionnel de la sécurité, ne sont d’ailleurs pas armés, mais leur consulat de tutelle veille particulièrement à ce qu’ils soient joignables, à tout moment et en toute discrétion. Pour cela tous ces pivots ont été équipés de téléphones satellites Thuraya acquis en France et donc non répertoriés en Algérie. 
A Annaba ou le nombre de pivots est de huit personnes, ils ont été récemment équipés  de talkie-walkies, avec consigne d’opérer un test tout les samedis. Mieux, la topographie de cette ville rendant les transmissions radio difficile, la sécurité du consulat serait à la recherche d’un endroit haut placé, afin d’installer une antenne relais et lorgnerait sur le clochet de la cathédrale de Saint Augustin à El Bouni.
 A la décharge des autorités Françaises, ces réunions servent surtout à transmettre les consignes de prudence et à évoquer les problèmes de la communauté, il reste que la frontière entre le bavardage et  l’espionnage est très mince.

Ils sont donc parmi nous, peut-être une centaine, dont une bonne part d’Algériens d’origine, tous n’en font pas leur métier principal mais tous sont actifs pour le compte d’une puissance étrangère. 


Comments

comments

Aucun commentaire

  1. Pour pouvoir obtenir des infos pareilles c’est quand meme bizarre. A la limite dangereux non?
    Pour transmettre il leur faut une autorisation des services concernes. Il se feront attraper a moins qu’ils operent sous le ‘bruit’.

    L’histoire de ces ex-pats ou dual nationalite me rappelle les Sayanim.

  2. Cher(e) ami(e), ce court article n’est pas un plaidoyer contre la France, le but était de démonter un mécanisme.n’oublions pas que pendant des dizaines d’années l’Algérie entretenait ce genre de structures sur le sol Français à travers la Fédération de France. De plus, ce réseau Français, je les défend pas, ne se limite pas à l’Algérie mais couvre toutes leurs représentations diplomatiques. Lors du tsunami, ou lors de la guerre au Liban en 2003, ce mécanisme a permis de structurer l’évacuation des ressortissants Français efficacement. Personnellement je suis en admiration devant une telle organisation, après c’est à nous de faire pareil ailleurs et de contrôler sur notre sol.
    Je vais me confier à vous, le but de ce blog n’est ni de faire du sensationnel ni de me placer contre ou avec une partie ou un parti, le but de ce blog est didactique et a pour but de pousser certaines parties à plus de professionnalisme car cacher l’existence d’un problème n’est pas le règler.

  3. Es ce que vous êtes un des “pivots”? ou bien as tu assisté à une de ces réunions? faudra juste revoir le titre c’est un bon article et vraisemblablement un blog intéressant à consulter.
    Bon Courage.

  4. je ne suis pas pivot et tous les pivots ne sont pas des traitres la preuve en est qu’ils parlent!

  5. belle article…malgré que certains sont choquer par le terme FAFA!!!

  6. fafa n’est pas un terme péjoratif, en fait c’est selon moi le terme qui désigne la france lorsqu’on parle de renseignement en Algérie.

  7. notre securité n’est pas aussi bete que tu le crois et dailleur elle a eté classé toujour parmis les premier au monde en domaine de securité et rensegnements alors ne vous affolez pas tout est surveillé inchallah.

  8. personne n’a dis que notre sécurité est bete, où as-tu lu ça?

  9. Je suis un bi-national votre article est surement vrai mais dites vous bien que parmis les bi-nationaux il y a 99,99% qui ont l’algérie dans les veines. Moi personnellement je ne trahirais jamais l’algérie pour tout l’or du monde et si je devais choisir entre les deux je choisirais l’algérie. Aslouka aslouka khouya, arbi arbi. En plus je vais vous apprendre une certitude : les jeunes franco-algériens issue de l’immigration meme ceux qui ne connaissent pas l’algérie l’aiment plus que ceux qui n’ont pas la nationalité française. Y a qu’a les voir lors de manifestation politique ou sportives Toujours le Drapeau algérien en tete. Allez bon courage et j’avoue que votre site est super

  10. Rassembler des informations sur le pays hôte fait partie des prérogatives de toute mission diplomatique telles que définies par la convention de Vienne. Du moment que ces informations sont rassemblées de manière licite, rien d’illégal la dedans. L’Algerie peut faire de même.

Laisser une réponse

x

Check Also

L’Algérie muscle sa défense côtière

Plusieurs éléments nouveaux sont venus renforcer ce qui était le parent pauvre de la marine ...

MIG conçoit un système améliorant la sécurité des commandes électriques de vol

Les ingénieurs de la Concern MIG qui dépend de United Aircraft Corporation (UAC/OAK) filiale du ...

L’Algérie va renforcer sa flotte de drones

L’armée de l’air algérienne qui déploie déjà six types de drones dont quatre d’attaque aurait ...