Accueil 5 Algérie 5 Exclusif: Show aérien à Alger pour le rapatriement des crânes des martyrs résistants Zaatchas
Zaatcha

Exclusif: Show aérien à Alger pour le rapatriement des crânes des martyrs résistants Zaatchas

La décision de rapatrier les crânes des martyrs résistants algériens est actée depuis quelques jours par la France. Les autorités algériennes ont choisi la date de l’indépendance le 3 juillet pour procéder à l’acheminement des 68 crânes vers l’Algérie .

Le rapatriement sera effectué par un Hercules C-130 de l’armée de l’air algérienne qui sera escorté à son retour par une formation de trois chasseurs Sukhoï 30. Ce retour donnera lieu à une cérémonie aérienne avec un passage en formation au dessus de la baie d’Alger pour partager avec la population ce moment historique. L’avion décollera du Bourget demain 3 juillet en fin de matinée.

Les crânes des résistants algériens tués, puis décapités en 1849, lors de la célèbre bataille de Zaatcha près de Biskra, furent longtemps exposés comme des trophées de guerre, avant d’être relégués dans les collections du Muséum d’histoire naturelle.

Des intellectuels et chercheurs algériens ont réclamé depuis des années leur rapatriement et une inhumation des restes dans la dignité. Selon l’historien et anthropologue Ali Belkadi il se trouve parmi les ossatures mortuaires, les crânes de célèbres chefs rebelles : Aïssa Al Hamadi, lieutenant de Boubaghla, tête momifiée n°5939 ; Mohamed Lamjad Ben Abdelmalek, dit Chérif “Boubaghla”, crâne n°5940 ; Cheikh Bouziane, le chef de la révolte des Zaatchas (région de Biskra en 1849), crâne n°5941 ; Si Moussa Al Darkaoui, crâne n°5942 ; Bou Amar Ben Kedida, crâne n°5943 ; Ben Kouider Al-Titraoui, crâne n°5944 ; Mohamed Ben-Allel Ben Embarek, lieutenant de l’Emir Abdelkader.

La bataille de Zaatcha est un exemple de génie militaire algérien du 19e siècle, elle mêlera la construction de fortifications inédites en milieu oasien (fossés, dédales de murs, murailles crénelées, utilisation de la palmeraie comme obstacle naturel et poste de tir..) à un courage et à une détermination reconnue des combattants arabes et berbères naturellement alliés. Elle est aussi l’illustration parfaite des atrocités et des crimes contre l’humanité commis par l’armée d’Afrique contre les populations locales. Sur les 1500 hommes et femmes que comptait la tribu des Zaatcha il n’y a quasiment eu aucun survivant.

Pour en savoir plus sur ce moment épique de l’histoire de l’Algérie il faut lire l’ouvrage de Mohamed Balhi: Zaatcha 1849, l’insurrection des Zibans.

Parmi les crânes récupérés il y a aussi celui de Cherif Boubaghla leader de l’insurrection en Kabylie entre 1851 et 1854. Il mènera une lutte héroïque contre la soldatesque française qui durera trois ans après sa mort. Le Cherif Mohamed Lemdjed Ben Abdelmalek dit Boubeghla, car il chevauchait une mule par humilité, était un “Siyaf”, cavalier rouge de l’Emir Abdelkader. Né dans les environs de Saïda, il s’est réfugié Kabylie pour y organiser la résistance. Lui-même arabophone, sa révolte parmi ses frères berbérophones est une preuve s’il en fallait de la coexistence naturelle des différents locuteurs en Algérie depuis toujours. Pour beaucoup il est le symbole de la fraternité entre les algériens.

Comments

comments

Laisser une réponse

x

Check Also

En 2021, le Pérou prévoit de recevoir le premier nouvel avion de transport militaire An-178 produit par la société ukrainienne “Antonov”

Août 2020 La société d’État ukrainienne «Antonov» a présenté le dernier avion de transport multirôle ...

L’ANP en Russie pour participer à l’Army Games 2020

27 officiers, sous-officiers et hommes de troupes appartenant au corps des Paracommandos de l’Armée Nationale ...

Canadair

Un Canadair marocain s’abime lors d’un écopage

Un CL-415 de l’armée de l’air marocaine s’est abîmé lors d’un écopage au niveau du ...