Accueil 5 Algérie 5 La marine algérienne a-t-elle pris les mauvaises corvettes?

La marine algérienne a-t-elle pris les mauvaises corvettes?

Alors que cela peut paraître paradoxal, il y a beaucoup plus d’offre dans le domaine de la marine que dans celui des blindés, des chars ou des avions de chasse. Aujourd’hui, il y a deux ou trois usines qui peuvent livrer des tanks lourds, trois ou quatre modèles de chasseurs multi-rôles sur le marché, mais quand il s’agit de choisir une corvette ou une frégate, les possibilités sont très grandes et les fabricants assez nombreux.

Au départ c’est une petite comparaison entre le canon de la corvette C28A utilisée par la marine algérienne et celui d’une corvette Type 054 de la PLAN pour noter l’absence de conduite de tir manuelle sur la version export. Le site web montrant la version non export ironisant sur la mauvaise qualité et le prix bas de la version export du canon PJ 26, puisque c’est de lui qu’il s’agit.

Canon PJ26 downgradé Canon PJ26 non export

Ce constat nous a poussé à oser la comparaison avec la version proposée à la marine malaisienne par le fabricant chinois. Les malaisiens ayant eu le temps et le loisir de visiter en profondeur la C28A algérienne lors de l’escale de celle-ci en Malaisie lors de la livraison.

Cela donnera une version éminemment plus furtive et plus puissante que la version algérienne. Un retard technologique de dix ans en à peine une année.  On remplacera la vieille copie de missiles anti aériens Crotale par une version à lancement vertical, le canon anti aérien par un système lance-missiles moderne et bien évidemment la maquette montre la version non export du canon PJ26 à l’avant de la C28M.

Forts du constat de la quasi obsolescence de ces équipements, malgré la présence de l’excellent radar Smart-S, nous avons étendu ce constat aux autres armements du C28A et là encore le missile C802 fait pâle figure. Subsonique et ayant à maintes reprises échoué face à des navires modernes il ne semble pas être le meilleur choix pour al marine algérienne.

Alors quel aurait-été le choix le plus pertinent pour remplacer les vieilles corvette?

Nous avons comparé sur le papier plus de quinze corvettes, chinoises, occidentales et russes sur des spécifications clé comme la portée du radar, celle des armements, la vitesse, la distance franchissable et la possibilité pour la corvette de se protéger des missiles, des autres navires et des bombardiers.

Là aussi le choix doctrinal s’impose, prendre du Russe ou de l’occidental? privilégier des plateformes électroniques et des armements OTAN et risquer de les voir compromis, ou bien adopter des plateformes russes et risquer la confrontation avec des armées qui se sont entraînées justement pour contrer ce genre de systèmes?

Quelques conclusions de ce comparatif sautent aux yeux

  • les systèmes occidentaux Aster 30 et le système russe Redut affichent sur le papier les mêmes performances. Ces deux systèmes représentent un saut technologique immense par rapport aux autres systèmes sur le marché, ils sont en théorie jusqu’à cinq fois meilleurs.
  • Le développement des contre-mesures et des systèmes hard-kill de proximité (Phalanx, RAM, Kashtan et autres CIWIS) font que les missiles subsoniques sont dépassés. Pour le moment seuls les russes proposent des missiles supersoniques avec l’Inde (Brahmos) et la Chine (CM 302), mais la solution Klub K, que propose la Russie à ses clients permet d’adapter le missile Klub sur d’autres plateformes, vu qu’il est monta dans un container.
  • Si l’avenir appartient aux radars longue portée AESA, la majorité des navires occidentaux proposent le Thales Smart-S (installé sur les C28A) en faisant un quasi standard.
  • L’accent est aussi mis sur la furtivité et donc sur un armement intégré à la coque. La vitesse aussi est un facteur important.
  • La versatilité est un élément important, une corvette moderne devra avoir des capacités anti-sous-marines en détection et attaque, elle devra aussi pouvoir se défendre contre plus fort qu’elle et avoir des capacités de seconde frappe. Elle devra aussi se transformer en brouilleur avancé ou en navire espion selon les situations. Dans son utilisation quotidienne, elle devra pouvoir intervenir pour des missions de sauvetage ou de lutte contre la piraterie.

Mis à part le radar, la corvette lourde (trop lourde) C28A, ne correspond pas à ces spécifications, elle devrai être réequipée complètement pour en faire un  vaisseau de son temps.

Comparatif corvettes

Vous le constaterez par vous-même, les russes sont très avancé dans ce domaine, probablement d’ailleurs à cause de la nature de leur marine qui est à vocation défensive et qu’on pourrait qualifier de marine d’eau marron. Ce qui est aussi en théorie les missions de la marine Algérienne qui évolue dans le milieu clos de la méditerranée occidentale. Pour ce qui est de ce qui est proposé par l’occident, c’est essentiellement la corvette multi-rôles italienne de Fincantinieri qui a été proposée au Qatar qui montre de loin les meilleures performances.

 

 

Comments

comments

Laisser une réponse

x

Check Also

Meko

Egypte: bataille navale franco-allemande

Selon le quotidien économique français La Tribune, une véritable bataille navale se déroule actuellement entre ...

BMP-3 Irak

Premières photos des nouveaux blindés irakiens en Russie

La série de photos a été prise lors de la visite à l’usine d’Ural Vagon ...

Navantia Arabie Saoudite

L’Arabie Saoudite s’offre cinq corvettes espagnoles

L’Arabie Saoudite a fini par opter pour Navantia pour la fourniture de cinq corvettes pour ...

Aller à la barre d’outils