Accueil 5 Algérie 5 L’Algérie est-elle prête à sécuriser ses installations offshore ?

L’Algérie est-elle prête à sécuriser ses installations offshore ?

bfmEn plus de l’embrouillamini des annonces faites par le ministre de l’Energie et le PDG de Sonatrach sur la date probable du lancement des premiers forages offshore – début 2015 pour l’un et fin de la même année pour l’autre – une question importante se pose : l’Algérie a-t-elle les moyens techniques et humains pour faire face à un Tiguentourine marin ?

Si non, que faut-il qu’elle fasse en urgence pour s’y préparer ? L’Algérie a investi énormément ces dernières années dans sa marine en faisant l’acquisition de gros bâtiments de guerre ultramodernes, mais aussi dans des moyens de sauvetage en haute mer dont elle ne disposait pas d’équivalent dix ans auparavant. Alors qu’en novembre 2004 les autorités algériennes regardaient sans pouvoir rien faire le Béchar, navire de la CNAN, couler dans la rade d’Alger et avec lui 16 marins, en 2014, les capacités des forces navales sont comparables à celles des nations les plus avancées en matière de sauvetage en haute mer.

Les trois remorqueurs de haute mer et les douzaines d’hélicoptères de sauvetage permettent, depuis deux ans, aux forces navales d’intervenir bien au-delà des eaux territoriales et dans les pires conditions. Mais voilà, si demain Sonatrach, en collaboration avec un pétrolier international, se fait attaquer par la voie des mers sur une de ses plateformes offshore, il sera très difficile d’imaginer une résolution aisée par la force d’une telle situation.

Si l’Algérie dispose de moyens pour prévenir des intrusions ou des attaques dans ses eaux territoriales grâce aux multiples bâtiments de surveillance, tels les patrouilleurs Ocea, ces moyens ont eu un effet mitigé sur l’immigration illégale et le départ de petites embarcations clandestines en direction des côtes européennes, qui se poursuivent encore à l’est et à l’ouest du pays. Le risque est donc bien réel qu’un jour, des individus malintentionnés s’attaquent à des pétroliers ou à des plateformes pétrolières dans les eaux territoriales algériennes.

Approche sécuritaire

Si c’est le cas, quelles sont les forces capables d’intervenir et quels sont leurs moyens ? La marine dispose de fusiliers marins, un corps d’élite chargé de la protection des installations des forces navales, qui a contribué activement à la lutte antiterroriste dans la région de Jijel et qui participe régulièrement aux exercices internationaux dans le domaine de l’intervention maritime. Récemment, ce corps a participé à l’exercice Phoenix Express, à l’île de Crète, qui a regroupé une dizaine de pays méditerranéens et les Etats-Unis. Ce corps dispose de nageurs expérimentés et d’équipes d’assaut capables de mener des actions en mer, de déloger des terroristes ou d’occuper une plateforme pétrolière.

Mais il manque tout de même de moyens pour assurer une approche discrète et efficace, notamment des sous-marins de poche qui pourraient assurer l’effet de surprise lors de l’assaut et maximiser les chances de sauver les otages et les installations. Le Groupe d’intervention spécialisé (GIS), qui dépend du DRS, dispose lui aussi de moyens et d’expérience considérables dans la résolution des prises d’otage et la lutte antiterroriste ; il a été en première ligne lors du nettoyage de Tiguentourine, mais n’a pas d’expérience effective en mer.

 

D’ailleurs, le GIS qui, au départ, devait avoir un simple profil d’intervention urbaine antiterroriste, s’est mué au fil des temps en une force comparable aux Navy Seals américains ou aux commandos du COS et aurait tout à gagner à se diversifier. Mais, là aussi, si ses troupes sont bien équipées pour des assauts à terre, elles ne disposent que de peu de connaissances et d’aucun moyen pour faire une approche discrète. Pour résumé, il est primordial que les autorités algériennes apprennent à intégrer désormais le risque terroriste et l’approche sécuritaire dans chacun de ses projets de développement.

Akram Kharief

In http://www.elwatan.com/actualite/l-algerie-est-elle-prete-a-securiser-ses-installations-offshore-07-11-2014-276880_109.php

Comments

comments

Laisser une réponse

x

Check Also

Un défilé militaire pour la célébration du 1er Novembre à Alger

Les autorités algériennes ont prévu un défilé militaire de grande envergure dans la capitale pour ...

Libye

Libye: élimination d’un trafiquant d’armes de Daech

Les forces spéciales de la brigade Tarik Ibn Ziad, qui dépendent de l’Armée nationale libyenne ...

Contrat de stations hydroacoustiques pour l’Ukraine

Selon nos sources en Europe, en juillet 2021, un contrat entre le Ministère ukrainien de ...