Accueil 5 Algérie 5 Armée de l'Air Algérienne, et si on parlais vraiment de modernisation?

Armée de l'Air Algérienne, et si on parlais vraiment de modernisation?

L’Algérie a opéré une modernisation importante de son parc d’aéronef, en introduisant le Yak130 dans son ordre de bataille, le Commandement des Forces Aériennes (CFA) a ouvert la porte aux élèves pilotes afin d’accéder aux plus récents appareils et même aux générations d’avions encore sur les planches à dessein des concepteurs. Néanmoins et en dépit de cette rénovation du parc (Su 30, Yak 130, négociations pour l’acquisition d’un Awac et d’un chasseur moderne …), d’énormes lacunes agissent comme un frein sur le développement de l’arme aérienne Algérienne, qui devrait être le premier levier de dissuasion du pays.
La mise à l’épreuve la plus difficile et la plus spectaculaire de l’aviation Algérienne ces trente dernières années fut probablement lors de la lutte anti-terroriste,où l’aviation, un temps indirectement concernée par le phénomène, a du s’adapter aux spécificités du terrain et à la mise sous ordres des forces terrestres. Les besoins ont entre temps changé, plus de reconnaissance, plus d’armes intelligentes car aucune volonté d’infliger des dommages collatéraux aux civile, et donc plus de personnel au sol pour aider aux manœuvres. Pis encore, les effectifs d’hélicoptères ont du se déployer très souvent loin de leurs escadrons d’attache, créant un casse tête logistique inhérent à cet état de guerre permanent. Sans parler des difficultés de communication entre les forces aériennes et terrestres.
En mer, bien que des efforts ont été consenti par l’acquisition d’hélicoptères modernes de recherche et sauvetage (Merlins et Superlynx), des catastrophes ont eu lieux, la série d’échouages de Skikda, les marins du Bechar morts à un jet de pierre d’Alger … sans qu’aucun moyen n’ait été dépêché.
Manque de communication, manque d’équipement, mauvaise gestion de la ressource et maintenance en deçà du requis sont devenus les tares de l’aviation Algérienne.
Pourtant de simples solutions d’organisation existent, elle pourraient simplement augmenter l’efficacité opérationnelle de l’ANP, dans la lutte contre-terroriste comme dans la défense du pays. Mieux, des équipements importants pourraient facilement êtres acquis ou parfois fabriqués par l’armée.

En restant raisonnables et en gardant à l’esprit les impératifs budgétaires et les difficultés d’accès à certains types d’armes, nous vous proposons une ébauche de plan de restructuration et d’acquisition à destination de l’arme aérienne en Algérie. Cette tentative est ouverte au débat (dans la mesure du raisonnable) et elle résulte d’un travail collectif.
1- La création d’une ALAT

De nos jours, l’utilisation de l’aviation comme moyen d’appui, de déploiement rapide et de reconnaissance  est devenue une clef pour gagner guerres et batailles. Cette somme de moyens doit être utilisée de manière optimale, flexible et surtout rapide, de ce fait l’armée de terre doit impérativement disposer de sa propre flotte aérienne pour mener ses opérations sans passer par différentes hiérarchies militaire tel que la DAT et l’AAF, ce qui implique la création d’une Aviation Légère de l’Armée de Terre  « ALAT » .

Cette ALAT devra disposer de différents modèles d’avions, allant du simple drone au bombardier léger tactique en passant par les appareils de surveillance électroniques et optiques et les différents types de voilures tournantes. L’Algérie, plus grand pays d’Afrique et neuvième plus grand pays au Monde devrait impérativement disposer d’une telle unité, ne serais-ce que pour assurer la sécurité sur l’ensemble de son territoire et de lutter contre l’Aqmi.
Pour se faire, le commandement devra penser à transférer presque la totalité des hélicoptères à l’armée de terre, hélicos de manœuvre et hélicos de combat, mais aussi les avions d’appuis tel que les L-39 (existants) modernisés pour l’utilisation de missiles guidés.

Pour compléter le tout, l’armée de terre devra commencer par acquérir d’autres types d’aéronefs:
UAV Bateleur Denel

Des drones de surveillance et d’attaque. Facilement fabricables en Algérie en partenariat avec des pays “amis” comme la Chine ou l’Afrique du Sud et même par des industriels locaux (pour peu qu’ils soient autorisés et éventuellement soutenus par un plan de charge). Ils peuvent aussi êtres importés de France, de Russie, de Chine et même des USA.

Le Grand Duc

Des avions de reconnaissance légers et armés, tels que le Grand Duc ou le Saphir ou même la foultitude de motoplanneurs existants sur le marché. Ce type d’avion leger et très peu couteux permet d’opérer de la surveillance et à moindre mesure de l’attaque Air Sol, en période de paix ou de conflit à basse intensité. Ces appareils, s’ils sont dotés d’une bonne optronique ces petits oiseaux à la très longue autonomie de vol, peuvent faire la différence dans le désert.


Des bombardiers legers réellement adaptés au CoIn (counter insurgency) tels que le Super Tucano, le T6B Texan ou le Pilatus PC9  et même le Sukhoi SU39, essentiel pour des mission de reconnaissance et d’appui au sol.
Mi 26

des hélico de transport lourd tel que les Mi-26 essentiels pour le transport rapide et flexible de matériel lourd et de troupes de choc, des hélico de manœuvre avec radar de détection BVR pour le guidage tactique des troupes au sol, offrant une perspective 3D du champ de bataille.

De vrais avions d’appui tactique tel que la version Gunship du CASA C-295 ou celle de proposée par Embraer.
AW EH101 Merlin

L’utilisation d’avions de transport moyens tels que le Casa 295 ou le C27J Spartan, pour une meilleure efficacité dans les opération de liaisons et de transport de fret et enfin l’introduction d’hélicoptères CSAR (Combat Search and Rescue) pour les forces spéciales, capables de mener à bien des opérations de sauvetage, de transport de troupe et d’appuis au sol avec des équipements adéquats.


L’ALAT devra avoir sa propre école de formation pour ses différents équipages et disposer d’unité de maintenance et de rénovation pour son parc aérien en misant sur sa devise « préserve ton matériel, il te préservera sur le champ de bataille ».
En résumé la dotation idéale de cette ALAT serait:

C27J Spartan

-Une cinquantaine de drones Male (Medium Altitude Long Endurance)

-Une centaine de drones tactiques de types SeekerII ou SDTI avec un réseau de relais au sol couvrant le territoire national et permettant une allonge aux drones tactiques)
-Une escadre de motoplanneurs ou d’avions d’observation légers (45 appareils)
-Une escadre d’appui et de reconnaissance avec 3 escadrons de Super Tucano (45 appareils)
Super Tucano

-3 Régiments d’hélicoptères de manoeuvre avec 9 escadrons d’hélico d’appuis feu et transport Mi-17 modernisés avec système de visé thermique, télémètre laser et missiles guidés antichar (135 appareils)

MI28

-2 Régiments d’hélicoptères de combat avec 6 escadrons d’appareils Mi-28 ou AH64 (pourquoi pas?) avec utilisation impérative de radar de mât embarqué (90 appareils)

-Un escadron avec Casa d’appui feu C-295 (6 appareils)

-2 Escadrons d’hélicoptères de reconnaissance avec radar de détection combiné air/sol (20 appareils)
-1 Régiment de drones avec 4 escadrons de drone armés avec véhicules de liaison pour une plus grande portée opérationnelle (40 appareils)
-Une escadre d’avions de transport à hélice avec 2 escadrons de Casa C-295 ou de C27J Spartan (12 appareils) et un escadron de C-130J30(6 appareils)
-Une Escadre d’appui tactique et de reconnaissance avec 4 escadrons de L-39 modernisés pour tirer de la munition guidées et équipés de pods de reconnaissance embarqués (60 appareils)
-1 Régiment d’hélicoptères spécialisés avec  4 escadrons d’appareils CSAR pour les différents corps de forces spéciales de l’armée de terre AW109 (15 appareils), Merlin (15 appareils) et Mi-24 modernisés (30 appareils)
-2 Escadrons d’hélicoptères de transport tactique Mi-26T (12 appareils) pour le transport de matériel lourd et des troupes de chocs en nombre derrière les lignes ennemies.


(à suivre, la composante aéronavale, le futur de l’AAF et la formation)


Comments

comments

Aucun commentaire

  1. Très bonne contribution. L’idée d’une ALAT est très intéressante. J’espère que l’ANP y arrivera dans un proche avenir.

  2. Il vous reste à chiffrer votre programme et en Dollars pour faire dans le vrai ?

  3. en fait c’est compliqué à chiffrer car l’idéal aurais été de la fabrication du montage et du transfert de technologie et dans ce cas le prix ne serait pas un problème

  4. C’est une très bonne analyse Bravo

  5. Bonjour Monsieur Akramov
    Très bonne analyse des besoins de l’ANP pour entamée une véritable transformation et l’ALAT est une priorité que certains officiers supérieur de l’ANP refuse car elle dépasse leur veille mentalité russkov ! c’est la triste réalité a ton avis pourquoi les jeunes officiers supérieurs sont écarter des centres de commande ??? surtout les officiers de l’est Algérien depuis l’arrivé au commande de Mr boutef !!??
    en fin revenons au sujet l’idée est assez bonne l’analyse aussi mais c’est pas réalisable pour le moment il faut attendre le départ des vielles têtes au seins du MDN car ça ne les arrange pas ! ben quoi Mr Akramov la tu leur coupe le codon ombilicale qui les relis avec leur compte en suisse ! puisque tu parle de fabrication local des drones etc…. en tout cas bon courage pour la suite de l’analyse
    T900

  6. en fait le pays entier devra sortir un jour de l’import-import, de toutes les façons si on en sort pas d’ici 15 ans on mangera des cailloux

  7. salut c’est une bonne approche de ce que devrait être notre armée ,mais il faut travailler sur le budget alloué , il ne suffit pas d’imaginer ou d’espérer , parce que je vois qu’on ne peut meme pas avoir le tiers de ce que vous suggéré

  8. Une nation sans histoire est une nation morte et enterrée, l’Algerie a un passé glorieux tout le monde le connait je voudrais parler de l’histoire de la marine Algerienne c.à d.” el oustole el bahri eljzaïri” dont la france a tout fait pour noircire l’histoire .Je pense et je sohaite de tout mon coeur que L’Etat Algerien redonne à notre histoire maritime sa vraie valeur , son ame et son vrais visage par tous les moyens et e n’est pas ça qui manque.
    je suis sur que le CFN a rèe bien fait en commandant un bateau pareil cela montre que la volenté de réanimer les gloires de notre passé existe et c’est bon signe pour l’avenir de la marine nationale et du payer

  9. Salam alikoum
    Vous touchez là un problème d’une très grande importance pour l’avenier du pays ; La création d’une ALAT peut être motivée par plusieurs raisons dont on peu citer la rapidité nécessaire à la prise de décision qui garantie le succès des opérations, la lutte anti terroriste, je pense que on ne doit pas crier victoire, il est encore tôt. Le déséquilibre régional des forces, en Afrique du nord (dont parlent beaucoup de monde ….) qui doit être toujours en faveur de notre pays. La situation sécuritaire à l’intérieur et aux frontières du pays : les menaces de l’AQMI, l’immigration clandestine, le trafiques d’armes et d drogues la piraterie et l’insécurité des déplacements de personnes et de biens à l’intérieur comme aux frontières du pays. la protection de proximité des biens de l’Etat installations économiques, autoroutes barrages d’eau etc…..et enfin l’absorbation du chaumage dans le pays par le recrutement des jeunes dans l’armée chose devenue un rêve pour la jeunesse Algérienne.
    La taille de cette ALAT dépend de l’étendu du territoire nationale et de ses frontières l’importance des menaces qui pèsent sur le pays du côté nord comme du côté des pays de l’Afrique sub saharienne, les Groupements de Garde frontières nécessitent une modernisation Qualitative et Qualitative au même titre que les autres forces.
    La Situation financière du pays et celle du marcher international actuel permet à l’Algerie de réaliser les moyens nécessaires à la réorganisation de la défende de notre chère patrie.
    L’AAF pour sa part doit être modernisée et développée qualitativement et quantitativement et préparé pour défendre le pays en cas de menace par un ou plusieurs Etats Etrangers vive l’Algerie el madjde ou el khouloude li chouhadaaina

  10. La modernisation de l’AAF

    Ce que nous lisons dans la presse et ce que nous permet de voire l’internet, nous poussent à exprimer nos soucis et nos souhaits , Lorsque je compare les photos (internet) d’un Mig 29 à celle d’un Eurofighter ou un Gripen Saab ou même un mirage 2000 , j’ai l’impression de comparer une Lada à une golfe 5 ou 6 génération ou à une Audi A 4 ou A 5 .
    Je pense que nos Pilotes de chasse souhaitent piloter les meilleurs avions du monde c’est pour quoi nous partageons avec eux les mêmes souhaits et même si nous ne somme pas au cornant de beaucoup de détails nous aimerions voir nos forces aériennes puissantes quantitativement et qualitativement de différents type d’aéronefs de nationalités différentes chasseurs intercepteurs multirôles de 3 , 4 et 5eme génération. Avions de transport AWACS, Hélico, drones et autres…

    La modernisation bien entendu doit concerner d’abord l’homme, son esprit , puis son corps ,ensuit le milieu dans le quel il évolue et en fin les moyens par les quels il évolue ; le pays a les moyens pour une pareille politique : deux choses essentielle sont à prendre en considération dans toute aviation il y plusieurs catégories de personnels elles doivent toutes subir la modernisation et le développement ; on doit oublier un peu la Lada et penser comme les marins Porche , Ferrari , Audi et Mercedes, anglais c’est mieux mais surtout pas chinois. Je pense que pour moderniser il faut effectuer
    L’évaluation périodique d e l’évolution des forces aériennes ; déceler les insuffisances, corriger les erreurs et avancer sans arrêt ;
    Le développement des fabrications aéronautiques.
    La création d’une industrie aéronautique ;
    Le lancement d’études aéronautiques, aérospatiales et médico-aéronautiques en partenariat nationale et internationale.
    La modernisation doit passer par l’amélioration des conditions de vie et de travail des toutes les catégories des personnels ; par l’infrastructure des bases aériennes et la création de nouvelles bases ; par la meilleure formation possible des pilotes des techniciens et des personnels au sol.
    Cependant je pense qu’il faut à l’heure actuelle :
    Augmenter le nombre des Su-30 MKA jusqu’ à 124 unités ; celui des Yak-130 de 65unités. il est souhaitable de renforcer les FAA par : des des apports de 85 Su-35 ,78 Mig-35, 85 eurofighter, 78 Mirage 2000 5 F ou le meilleur parmi la serie des mirages; AVIONS DE TRANSPORT A400M,IL 476, C295 ; Des ravitailleurs pour avions occidentaux ; BOOING 737 AWACS, CASA C 295 awacs , EMB 145 AEW&C,
    EMB 145 RS/AGS145, drones de reconaissance et d’attaques

    Patrouilleurs Maritimes ATR, P – 99, L’avion-amphibie Be-200 Et autres.

    • je ne suis pas spécialement d’accord sur la comparaison de nos mig29S ex VVS avec des Lada, leur état général est simplement du au fait que nos pilotes ont des heures de vols dessus, c’est tout bénef, sincèrement un avion propre est symbole d’une armée de l’air très riche ou très faible. pour le reste je suis d’accord sauf pour les mirages 2000 et les eurofighters, à cause des restrictions et de la munition. c’est simple il faut à l’Algérie 200 Flankers entre Su35 et Su30 tous avec des aesa sans exception et une escadre de su34. Je pense qu’il est préférable d’opter pour des Mainstay comme Awacs pour des raisons de coût, de restrictions et de rationalisation des équipements. pour le reste on est d’accord

  11. Effectivement j’ai oublie les Su-34, ils sont nécessaires pour remplacer les Su-24 plus tard, entièrement d’accord avec vous et je dirai avec fierté que nos AAF ne sont ni faibles ni pauvres , seulement et même si un avion coute parfois q.l.q. 100 de Million e dollars , la vie d’ un ou deux pilotes ( un ou deux hommes) , leur formations ,qualifications, stages et expériences n’a pas de prix non plus, ensuite je crois que la qualité du travail qu’un homme peut fournir son rendement de la dépend énormément de la qualité de l’outil de travail et des conditions de travail.
    Lorsqu’on voit les commandes de certains pays, par exemple : (124 rafales, 84 F-15, 78 Eurofighter etc…) sa fait rêver même les vieux comme moi ; Vous me diriez qu’on ne doit pas se comparer et bien si parseque un pays relement indépendant c’est un pays qui a armée puissante et une économie bien développée et l’Independence n’a pas de prix.

  12. Article très intéressant et pertinent.
    Aujourd’hui la principale menace c’est Aqmi ! Nos diplomates ont été enlevés au Mali et ce n’est pas en envoyant des Sukhoi ou des MIG 29 qu’on va pouvoir les libérer.

    Pendant longtemps l’Algérie a joué les gros bras, de manière a intimider le Maroc. Mais c’est vraiment une mauvaise analyse et un mauvais choix, car très honnêtement ce n’est demain la veille que le Maroc va nous attaquer. Les dernières avancées diplomatiques montrent que les relations Algérie-Maroc tendent à se normaliser et on espère une ré-ouverture prochaine de la frontière, qui ferait du bien au deux pays.

    Pour en revenir à l’article, c’est vrai que la création d’une armée de l’air légère serait tout à fait justifiée. Ses principales missions seraint le renseignement, la surveillance, et l’appui des opérations terrestres, voire des frappes ponctuelles.

    A cela j’ajouterai que l’armée de terre a de grand progrès à faire, il lui faudrait notamment une agence du renseignement mieux organisée, plus efficace, et sachant être au fait du terrain.

    Il nous faudrait également des groupes d’intervention sur-armés et sur-entraînés capables d’intervenir partout façon commando d’élite. Je sais que nous en avons, mais pour avoir vu quelques images de leurs entrainements ce n’est pas en sautant au milieu de cercles de feu qu’on se prépare à lutter efficacement contre le terrorisme.

    Aqmi est une gangraine, et l’Algérie est le seul pays en mesure de la réduire à néant, nous avons des alliés : Mali, Mauritanie, mais il nous faut compter que sur nous même et intervenir par nous même là où ca nous semble nécessaire !

    Malheureusement je crois qu’encore une fois nos politiques témoignent de leur incapcités chronique.

  13. monsieur edine allez vendre votre hkaroube dans un souk la fraontiere! ???? il n’yapas un algerien qui souhaite l’ouverture vous etes un pseudo algerien laissez nous en paix avec votre roi pd es sioniste alor c pas de main l’ouverture des frontieres laissez nois vous nous aimez pad on vous aiment pas pour quoi tt cette hipocrisie allez y voire chez vos amis saudi ou qataris ou peu etre vos maitres israelien

  14. salaam les frères j’aurai su + tôt! effectivement difa3 c’est ce fameux ALAT que ns devons mettre en place et personne ne doit bloquer sa création parce qu’il faut qui soit op a 100/1000. les hommes doivent être formés et être mis en situation lorsque les hussard noir déciderons de passer a l’action et le temps presse!

  15. nos drones, nos aéronefs, nos chars devraient êtres équiper de brouilleurs de radars. je vois le dispositif comme suite:
    1) cet instrument de contre mesure doit impérativement changer de fréquence a grande vitesse le temps que leurs radar trouve la fréquence la contre mesure sera déjà passer a 1 autre et ainsi de suite.
    2)le changement de fréquence ne doit pas être a vitesse constante mais la aussi aléatoire les changement doivent s’opérer entre 0 et30 dixième de secondes
    c’est un langage binaire (abscisse, ordonnée).
    3)il est important de changer les logiciels avec une autre programmation de langage.
    bien sur cet instrument est a un complété avec les radars déjà embarqué.
    les hussard noir ont en leurs Possession des robots et des armes électro magnétique la aussi il faudrait qu’on trouve une parade.

  16. une base de recherche pr les armes électromagnétique. le peux que je connaisse c’est lorsque deux champs de forces électrique de même nature s’oppose leurs champs magnétiques se repousse ( les aimants) tt le monde a déjà fait l’essaie. donc il nous faudrait concevoir une machine capable de générer une force électromagnétique de puissance variable. ou chercher l’énergie nécessaire pour créé ce champs de force je pense qu’il faudrait la puisé du soleil avec des centrales solaire capable de fournir une grosse quantité d’énergie. raccordé aux machines sur sol, le canon électromagnétique doit pouvoir se mouvoir sur 180°de bas en haut et de 360° sur les cotés et bien sur il doivent êtres couplet avec des radars pour la détection.

  17. ou on est la suite avec la composante aéronavale, le futur de l’AAF et la formation?

  18. Quand on parle de la chise militaire, il faut vraiment maitriser le sujet, la on assiste a une proposition qui du point de vu strictement militaire est irréalisable. l’auteur propose d’équiper l’ANP d’avions et d’helicoptères de différents pays et de différents constructeurs qui sur le plan de l’entrainement et de l’entretien reviendras plus cher et sera plus compliquer. le pilote d’un SU-30 ne passe pas aussi facilement sur Rafal ou F-16 et ca toutes les armées de l’air le savent, de plus, gérer un parc d’avions de différents constructeurs reviendras a gérer une opération d’entretien beaucoup plus compliquée, donc a former des techniciens et des ingéniueurs ur différents systemes. de plus le model proposé par l’auteur n’est atteint que par trois ou quatre armées de l’air dans le monde, donc arretons de vouloir faire passer l’armée de l’air algérienne pour une moin que rien et arretons de vouloir se porter en donneur de leçons. soyons plus adulte quand on parle de choses sérieuses.

  19. avant de parler du nombre d’avions et de plateformes, il faut savoir ce que une armée de l’air. le ratio pilote/avion est la donne la plus importante quand on parle de supériorité. une armée de l’air qui a un pilote par avion est en cas de guerre faible, un pilote c’est deux ou trois ans de formation alors qu’un avion se remplace au bout de quelques semaine avec un achat sur étalage. les meilleures armée de l’air au niveau mondial c’est deja celle qui arrivent a aligner au moin un pilote et demi par avion, donc pour une force de 100 avions de combat ils ont 150 pilotes. apres ca, il faut parler du % d’attrition dans une armée de l’air, si vous avez sur le papier 500 avions, et vous ne pouvez faire voler que 150 par manque de pilotes, et vous ne pouvez assurer l’entretient qu’a 100 avions par faute de techniciens de maintenance et assurer la logistique qu’a 75 appareils, c’est une armée de l’air qui fait face a d’énormes problemes.

  20. Il faudra peut être moins de plateformes pour assurer toutes ces missions au profit de l’armée de terre. Des drones avec une bonne optronique peuvent être armés et effectuer des frappes précises en plus de la surveillance. Des hélicoptères d’attaques et des chasseurs peuvent se partager le rôle d’un avion d’attaque subsonique. Ces plateformes n’ont pas forcément besoin d’être intégrées à l’armée de terre. Elle peuvent rester sous le contrôle de l’AAF celle-ci coopérant davantage avec les autres composantes des forces armées. Le modèle US où chaque composante (Army, Navy, USMC et Air Force évidement) a sa propre force aérienne, n’est pas repris partout. Le fait de centraliser les moyens aériens a des avantages en terme de simplification de la gestion.

  21. slm akrame
    quelle sont les pods de designation utilsé par AAF

Laisser une réponse

x

Check Also

Le Maroc commande pour un milliards de dollars de missiles et de bombes aux USA

­­­ Diffusé aujourd’hui, un communiqué de la Defense Security Cooperation Agency (DCSA) confirme la commande ...

La commande de Mig 29 M/M2 pour l’Algérie signée lors du salon MAKS

Le salon aéronautique MAKS qui a eu lieu il y a quelques jours à Moscou ...

Le Maroc achète un système anti drones ukrainien Bukovel AD

Selon le blog de Diana Mihailova, l’armée marocaine a fait récemment l’acquisition d’un système de ...