Accueil 5 Algérie 5 Abdelkader Kherrat : L’aéronautique un créneau encore vierge en Algérie

Abdelkader Kherrat : L’aéronautique un créneau encore vierge en Algérie

P1010252-copie-1

Monsieur Kherrat est enseignant -chercheur en aéronautique, il est aussi ingénieur sénior auprès du constrcteur aéronautique Bombardier au Canada

L’Etat Algérien a beaucoup investi dans les infrastructures routières, aurait-il dû investir dans l’aérien?

 

Aucun développement économique d’un pays ne peut se faire sans investissement massif dans les infrastructures, d’aucuns considèrent que c’est le cœur de l’économie et un créneau générateur d’emploi de premier ordre. Il faut bien noter qu’à chaque ralentissement économique dans les pays développés, les gouvernements recourent à ce genre d’investissement pour stimuler l’économie du pays.

 

Tous les gouvernements qui se sont succédé ces dernières décennies chez nous ont été tous unanime à l’idée de réduire notre dépendance au secteur des hydrocarbures. Cependant, les statiques démontrent toujours que la tendance ne semble pas changée. Il faut explorer tous les secteurs générateurs de richesse et d’emplois. Le secteur de l’aéronautique fait partie de la stratégie industrielle de plusieurs pays et surtout les pays développés. Un constat qu’il faut admettre, le secteur de l’aéronautique ne semble pas une priorité dans la stratégie de notre gouvernement ce qui explique qu’il n y a pas d’investissement apparent dans ce secteur. Ce qui est complètement à l’opposé de nos deux voisins.

 

 

Pourquoi il n’y a pas de véritable industrie aéronautique en Algérie?

 

Malheureusement, je ne peux répondre à la place du gouvernement. Cette question devrait être adressée à nos gestionnaires et à nos leaders. Cependant, je ne peux spéculer suite à ce que j’ai pu observer. La principale raison est selon moi que ce secteur nécessite de gros investissement et que ses fruits, bien que très nombreux, ne peuvent être récoltés qu’après une décennie d’efforts. Il ne faut pas oublier que l’Algérie a commencé cet effort il y a longtemps, mais comme ces actions entreprises avaient été trop discrètes, es résultats n’ont pas été prodigieux.

 

Comment expliquer l’explosion du domaine en Tunisie et au Maroc?

 

J’ai déjà fait référencé a ce boom depuis plusieurs années et la tendance n’a pas menti ces prévisions et maintenant, on voit le fruit surtout au Maroc ou la stratégie était claire et surtout suivie par les gouvernements qui se sont succédés car je pense qu’elle a été commandité par le roi lui-même.

Ils ont vu juste et ils ont travaillé fort pour être là ou ils sont. Il n’est jamais trop tard, car il y a toujours de la place. La stabilité et la sécurité en Tunisie a commencé à faire sentir ses répercussions. Nous avons noté quelques relocalisations de quelques compagnies. Le Maroc veut offrir cette alternative de cette relocalisation. Ils ont investi dans leur école des métiers et ca a donné fruit et qui s’est traduit par plusieurs milliers d’emploi direct. Ce secteur comporte des cycles et la lenteur de relance économique que vit l’industrie, oblige les maitres d’œuvre et même les sous-traitants directs à revoir à la baisse leurs couts. La meilleure alternative est dans les pays émergeants. Mais pour cela il faut disposer d’une main d’œuvre qualifie, un espace économique et une fiscalité avantageuse à ces entreprises en à la recherche du moindre avantage comparatif pour survivre dans un milieu très  concurrentiel. C’est exactement ce que font le Maroc et la Tunisie ces dernières années pour attirer ces gros joueurs.

 

Quelles seraient selon vous les mesures à prendre pour faire de l’Algérie un acteur dans le domaine aéronautique?

 

Suivre l’exemple de notre voisin. S’ils ont réussi alors il faut avouer que cette stratégie est gagnante. Il faut être présent à toutes les manifestations et expliquer à l’échelle internationale la nouvelle stratégie du pays et dire clairement que l’Algérie projette de devenir un joueur clé et de premier plan dans la région. Investir dans la formation de la ressource humaine. Nous avons déjà des institutions existantes et un investissement substantiel rehaussera d’avantage le niveau de la formation. Il faut élargir aussi à la formation aux métiers liés à l’aéronautique. Offrir des incitatifs avantageux pour que les multinationales s’installent au pays. Vous savez que le Maroc paye pour la formation des employés engagées afin de minimiser les coûts de ces nouveaux acteurs.

 

Profiter de nos achats de matériel militaire et civil et réclamer une partie de production locale. Plusieurs milliards de dollars d’achats d’avions et hélicoptères mais aucun retour pour un lancement de production locale. Beaucoup de pays utilise cette carte, sauf nous. On était le client de lancement pour le Yak 130 sans retour pour le pays. Le Maroc avec des achats d’avion de Bombardier et ils ont réussi à avoir une usine. Ils ont même commencé à regarder du cote de Embraer par une nouvelle commande du Brésil. Il ne sera pas étonnant de voir Embraer  dans un temps rapproche s’installer chez eux. Taiwan, L’inde ont déjà utilisé ces cartes pour développer ce secteur chez eux. Pourquoi pas nous?

 

 

L’armée pourrait être un moteur pour cette industrie aéronautique en Algérie, quelles seraient les mesures à prendre pour que ça ait lieux?

 

Je crois fermement que l’arme doit être le moteur de cette industrie en Algérie. Toutes les grosses compagnies comme Boeing, Airbus, Bombardier, Dassault, Gulfstream, sans le support de l’armée auraient disparues et n’auraient jamais eu la logévité qu’elles ont maintenant. L’ECA (Etablissement de Construction Aéronautique .NTDlR) est un bon exemple. Il faut revoir sa vocation et étendre ses activités au Civil. Utiliser la capacité d’achat d’équipement militaire comme un moyen d’échange afin de rapatrier une production locale. Nous avons L’ERMA (Etablissement de Réparation de Matériel Aéronautique) qui est un fleuron. Pourquoi ne pas créer une filiale civile de l’ERMA afin d’offrir ses services à des compagnies étrangères dans le domaine Civil.

 

Mais reste que le secret pour avoir un jour une industrie aéronautique en Algérie est qu’il failles qu’elle soit une priorité et fasse partie de la stratégie de développement économique au pays. Sans cela, toute entreprise se limitera à des idées sur papier et ne dépasseront pas la curiosité du lecteur.

Comments

comments

Laisser une réponse

x

Check Also

Kilo 8 algérie

Première image du 6 éme Kilo Algérien

Il sera probablement livré cet été, le sixième sous-marin d’attaque Kilo 636, de la marine ...

Crash C130 Biskra WHT

Un Hercules C130 de l’armée de l’air détruit après une sortie de piste à Biskra

L’incident s’est passé ce matin vers 9h00 après qu’un Hercules C130 immatriculé 7T-WHT, a été ...

Crash du Victor: l’avis d’un pilote-instructeur

*. CRASH D’UN AVION DES FORCES ARMEES ALGERIENNES. -Iliouchine 76-TD ~~Immatriculé 7T-WIV / 347° Escadron ...