Accueil 5 Algérie 5 Ré-information: Quand la presse de caniveaux vous sert des salades

Ré-information: Quand la presse de caniveaux vous sert des salades

En cette “journée de la presse” décrétée pour on ne sait quelle raison par le Président Bouteflika, le site/journal/TV Numidianews nous sort un monumental article qui s’avère être le substrat d’une campagne de Tweets en provenance de Jordanie. Les 140 caractères des courts messages de ce réseau social seraient donc pour ce “média” une source crédible et renfermeraient autant de preuves que de lettres, bref.
En gros Numidianews annonce qu’une entreprise Turque (Aslesan) aurait vendu 50% (51 selon la “source” sur Twitter) à des entreprises Israéliennes, embarrassant l’armée algérienne qui serait un des principaux clients de cette société.
Le “média” avance même le chiffre de 2 milliards de dollars de contrats entre l’ANP et Aslesan pour des équipements de transmission.
Pour simplifier nous allons répondre à Numidianews, non pas par défiance mais par devoir de ré-information envers nos lecteurs, mais aussi pour apprendre aux journalistes qui seraient tentés par la facilité de colporter les messages viraux sur les réseaux sociaux, comment lire et vérifier ces “informations”.


1- Aslesan a décroché un appel d’offres en 2007 pour la fourniture d’équipements de transmission tactiques dont le montant est de 189 millions de dollars, pas un de plus.

2- Etant une entreprise cotée en bourse, la traçabilité des ventes d’actions est non seulement possible mais elle est obligatoire. La BIAS (Bourse d’Istambul) que nous avons contacté nous a expliqué les bases de la communication institutionnelle dans le cas d’OPA. Selon notre interlocuteur “lors de ce type de ventes, la bourse doit être informée et les actionnaires aussi, les transactions sont publiées dans les rapports de la Bourse et sont accessibles au grand public”. Aucune trace à ce jour d’une quelconque vente massives d’actions Aslesan à une société tierce, Israélienne ou autre.

le Ministre turque des Affaires Européennes, Egemen Bagis, avait, lui aussi, démenti les informations sur la vente d’actions à des entreprises Israéliennes. 

Nous invitons la presse à se rapprocher de nous pour les questions militaires tout le monde y gagnera.

Lire l’article de NN http://www.numidianews.com/en/article~15908.html

Comments

comments

7 plusieurs commentaires

  1. il n’y a pas que ceux journal qui est un torchon,perso je pense qu’on doit restreindre la liberté à certains incompétent de journaux afin de ne pas induire en érreur les lecteurs!!! Le niveau de professionnalisme des journaux algérien et arabe bas tous les records du monde!!!!!

  2. désolé mais il faut faire très attention a la coopération turco-sioniste dans l’électronique de pointe est réelle, ce n’est pas une légende.dans ce domaine on a plus le choix,on doit investir massivement pour lancer nos propres produits et je voit pas ce qu’il y a d’embarrassant pour l’armée; il faut juste redoubler de vigilance.et puis le torchon el watan a déjà pris la palme de la presse caniveau depuis quelque mois .

  3. Qui est “nous” ? Et quelle légitimité a “nous” pour être une source fiable d’information militaire de laquelle devraient se rapprocher les journalistes plutôt que le MDN par exemple ?

  4. Oui on devine bien qui est “NOUS” et pourquoi il s’érige en autorité alternative. S’agissant de “nous” je dirais plutôt que c’est un petit intermédiaire sur le marché de l’armement comme il y en a tant d’autres mais qui a la particularité d’utiliser son talent de communicant et ses entrées auprès de “NOUS”, qui le fournie en scoops plus ou moins fiables, comme carte de visite.
    “nous” journaliste talentueux fait hélas dans la commande pour le compte de “NOUS” et s’abaisse à de basses besognes comme flinguer tel chef de protection civile qui fait obstruction à un marché juteux ou qui tire carrément à boulets rouges sur tel autre président de république bananière lorsqu’on le lui commande… “nous” n’est qu’un porte-flingue de “NOUS” et qui fera le fusible si un jour ça tournait au vinaigre. Jusqu’ici ce genre de boulot était l’apanage de parvenus médiocres. On y voit maintenant des gens autrement plus intelligents et qualifiés. L’appât du gain peut-être. Je ne sais pas.

Laisser une réponse