Accueil 5 Afrique du Nord 5 La Tunisie fête les 65 ans de son armée

La Tunisie fête les 65 ans de son armée

La République Tunisienne fête en ce moment le 65 é anniversaire de la création de son armée, une institution qui a connu des hauts et des bas depuis sa fondation, mais qui a su être là à des moments décisifs. Elle a aussi entamé une grande modernisation ces dix dernières années malgré une crise économique et financière grave.

Un court documentaire diffusé par la chaîne nationale tunisienne a retracé les étapes les plus importantes depuis la création de l’armée, avec parfois un aperçu des équipements reçus ces dernières années.

Créé en 1956, à l’indépendance de la Tunisie sur la base d’une dizaine de milliers d’hommes de la Garde Beylicale (héritage du protectorat ottoman maintenu pendant le protectorat français), la jeune armée voit le jour en pleine guerre d’Algérie et subit les conséquences de l’amitié entre les deux peuples et leur proximité. A sa création, le Gouvernement provisoire de la République Algérienne choisit l’hôtel Majestic de Tunis pour quartier général, l’ALN y implante des camps d’entrainement et un pipeline logistique pour alimenter les maquis en Algérie.

Cette situation n’arrangera pas la relation entre Paris et Tunis qui sera traversée par de nombreuses crises militaires, les plus importantes étant le bombardement de la localité de Sakiet Sidi Youcef, le février 1958 par l’aviation française et le massacre qui en résultera. 70 morts civils dont douze écoliers tunisiens y perdront la vie. Le second moment de tension et le plus important, sera la crise de Bizerte en 1961, qui fera plus de 600 morts dans les rangs de l’armée tunisienne.

L’armée tunisienne moderne est probablement née après les événements de Gafsa en 1980, qui ont été une manœuvre de déstabilisation militaire du régime de Habib Bourguiba par des “dissidents” tunisiens armés et aidés par la Libye. Au prix de 48 tunisiens tués, dont 21 militaires, Tunis a compris qu’il fallait se doter d’une armée capable de défendre le territoire et supporter l’Etat tunisien en cas de besoin. Il en naîtra une doctrine défensive très américainisée. D’ailleurs Gafsa finira par convaincre les États-Unis d’accroître leur aide militaire à la Tunisie unique, îlot pro américain coincé entre deux pays socialistes; celle-ci est multipliée par quatre entre 81 et 86.

On notera à cette époque la création des unités spéciales de l’armée et de la Garde Nationale qui seront formées par les unités d’élites américaines et l’acquisition de nombreux équipements américains. Pour l’anecdote, l’armée tunisienne a été la première armée de la région MENA à obtenir des Humvees à la fin des années 80.

Pourtant pur produit de l’armée tunisienne (avec formations à St Cyr et Fort Holabird) le Président Zine el Abidine Ben Ali a marginalisé l’armée au profit de la police et des services secrets durant son règne. Par peur d’un coup d’Etat il a rechigné à investir dans son armée.

La “Révolution du Jasmin” en 2011 a placé la Tunisie au centre d’une nouvelle réalité. D’abord économique, avec une crise financière qui s’est durablement installée, ensuite géopolitique avec l’apparition du terrorisme islamiste et le départ de milliers de tunisiens au Moyen-Orient pour rejoindre l’EI et AQ.

La Tunisie fera contre mauvaise fortune bon coeur et s’attellera à renforcer son armée en mettant l’accent sur la protection des soldats et sur l’augmentation de ses capacités opérationnelles. L’armée tunisienne recevra des aides de la France, des Etats-Unis, de l’Allemagne, de la Grande-Bretagne, de la Belgique et de la Turquie. Dès 2010 on commence à voir arriver des équipements hightech comme les MRAP Kirpi, qui seront suivis par les hélicoptères Blackhawks et Kiowa Warrior, qui ont fait la différence dans la lutte anti terroriste.

Aujourd’hui on a pu voir un petit florilège des acquisitions tunisiennes : MRAP Kirpi, Véhicule destructeur de mines Husky, Tenues EOD 8 et 9, systèmes de vision nocturne NightOwl de Hensoldt, l’OPV Syphax P611 et d’autres équipements.

La Tunisie entre dans une nouvelle phase de modernisation dans le cadre de la stratégie 2021-2030 qui verra le renforcement des secteurs négligés de son armée (aviation de chasse, chars …).

Dans le cadre de cet anniversaire, le Président tunisien Kais Saïd a promu quatre généraux-majors au grade de généraux de corps d’armée.

Comments

comments

Laisser une réponse

x

Check Also

Double première pour l’armée marocaine

Les forces armées marocaines ont réceptionné leur premier drone d’attaque Bayraktar TB-2 cette semaine. Un ...

Rostec ouvre le premier centre de service pour les moteurs de Yak-130

Selon un communiqué de presse diffusé aujourd’hui, le conglomérat technologique militaire russe Rostec à travers ...

L’Algérie commande six corvettes Type 56 à la Chine

Les deux premières corvettes lourdes dérivées du Type 56 chinois destinés à la marine algérienne ...