Accueil 5 Algérie 5 Lorsque Annaba était une base de sous-marins nucléaires soviétiques

Lorsque Annaba était une base de sous-marins nucléaires soviétiques

Rencontré à Erevan le 13 février dernier, Arman Navasardian, diplomate arménien et ancien consul d’URSS à Annaba en Algérie a accordé à MENADEFENSE une interview exclusive dans laquelle il a fait une importante révélation : Annaba a été pendant plus de vingt ans une base d’escale pour la flotte de sous-marins nucléaires soviétiques.

« La principale raison de la création du Consulat Général d’URSS à Annaba a été d’abord de gérer la construction du complexe sidérurgique d’El Hadjar, ensuite d’assurer le ravitaillement et l’escale de la flotte soviétique en Méditerranée, en particulier les sous-marins qui arrivaient chaque mois » a-t-il affirmé. Cette déclaration met fin à des décennies de négation par les différents gouvernements algériens de l’existence d’une ou de plusieurs bases soviétiques en Algérie.

A Annaba une légende urbaine parle d’un accident de sous-marin russe dans le vieux port. Cet accident qui serait survenu au début des années 70, voir à la fin des années 60 avait provoqué un branle-bas de combat des autorités et des allées et venues de beaucoup d’ « étrangers ».

Selon Armen Navasardian, Annaba était pendant la période où il y a été consul (1975-1980), était le seul port d’escale en Méditerranée Occidentale pour la flotte stratégique soviétique. Ce n’est pas tout à fait vrai car les navires des la « Cinquième Eskadra » faisaient des haltes en Libye et même en Tunisie, mais ce n’est qu’à Annaba que les équipages avaient le droit de descendre sur la terre ferme et que le ravitaillement en eau et nourriture se faisait. Sachant que les rotations des sous-marins étaient de six à neuf mois en mer.

Quelle a été la présence soviétique en Mer Méditerranée ?

Pour contrer la 6 éme flotte américaine qui patrouille en Méditerranée, l’URSS a, à partir de1957 commencé à déployer des unités maritimes prélevées des flottes de la mer Baltique, de la mer du Nord et surtout de la mer Noire. D’abord timide, la présence soviétique augmentera après l’adoption de la base maritime albanaise de Valona comme base principale, en 1958 qui durera jusqu’en 1961. S’en suivra le déploiement de points logistiques flottants en haut de mer qui permettront de maintenir la présence jusqu’au rapprochement avec l’Egypte et la Syrie, qui proposeront les bases d’Alexandrie, Port Said et Marsa Matruh pour l’Egypte et Latakié pour la Syrie, ce qui permettra à Moscou de maintenir une petite cinquantaine de navires composant la cinquième escadre navale en permanence tout au long de l’année et ce jusqu’en 1986.

Cette escadre comprenait un à deux croiseurs, trois à huit destroyers et frégates, 6 à 8 sous-marins portant des missiles nucléaires, le reste étant composé des navires de support.

La mission de cette escadre était de mener des patrouilles permanentes pour protéger les pays amis, collecter les renseignements radio-électroniques et suivre les activités de la 6 éme flotte américaine et des marines occidentales. Elle était aussi chargée en cas de guerre nucléaire, d’assurer les capacités de frappes atomiques sur l’Europe.

L’activité de la cinquième Eskadra sera largement tributaire des relations politiques avec l’Egypte, qui donnera en 1976 l’ordre d’évacuer les bases, ce qui fera perdre à l’URSS ses capacités de réparation et d’entretien des navires et contraindra Moscou à transférer ces capacités aux ports de Tartous en Syrie et Tivat en Yougoslavie. En 1961 ce sont les incidents sino-soviétiques qui poussèrent l’Albanie à fermer la base de Valona.

Cette situation précaire pousser la marine soviétique à multiplier les petites bases d’attache et de demander des droits d’accès aux ports de nombreux pays comme la Libye, la Tunisie et le Maroc.

Présence soviétique à Annaba 

C’est en 1969 qu’Annaba est devenu l’escale officielle de la cinquième Eskadra Soviétique et sera inaugurée par la visite du croiseur lourd Mourmansk qui y restera du 12 au 18 avril. A partir de là, pas un mois ne passera sans une escale, parfois prolongée d’un navire ou d’un sous-marin.

On a par exemple le B25, sous marin de classe Foxtrot (Projekt 641) qui restera quelques jours en 1971. le S-384 de la même classe a passé un mois à quai à Annaba après une avarie dans le Golfe de Sidra en Libye entre décembre 1972 et janvier 1973. En mai 1973 un autre Foxtrot, le B103, avait aussi fait son apparition dans le port de l’Est Algérien. Outre les sous-marins, de nombreux vaisseaux lourds appartenant aux différentes flottes soviétiques ont fait régulièrement escale à Annaba, en faisant véritablement une base stratégique en Méditerranée Occidentale qui aura vu passer des centaines de bombes atomiques en plus de vingt ans.

Sources:

https://topwar.ru/36667-b-440-pr-641-boevaya-sluzhba-15091973-8101974.html

http://blackseafleet-21.com/news/22-01-2012_podvodniki-severnogo-flota-na-boevoj-sluzhbe-v-sredizemnom-more-51-ja-obpl

https://www.rand.org/content/dam/rand/pubs/papers/2008/P7388.pdf

http://airnat.narod.ru/K11_Akatov_2.html

http://www.submarines.narod.ru/Substory/5_613_197.html

http://www.deepstorm.ru/DeepStorm.files/45-92/dts/641/B-103/B-103.htm

 

Comments

comments

Laisser une réponse

x

Check Also

Kilo 8 algérie

Première image du 6 éme Kilo Algérien

Il sera probablement livré cet été, le sixième sous-marin d’attaque Kilo 636, de la marine ...

Les MEKO algériennes vont bientôt tester leur armement

La presse allemande a signalé le départ du navire de tests militaire Planet en direction ...

L’ENS El Fateh égyptienne livrée à la marine Egyptienne

La cérémonie a eu lieu aujourd’hui dans les chantiers de Naval Group à Lorient en ...

Aller à la barre d’outils