Accueil 5 Algérie 5 La « boite noire » d’AQMI abattue aujourd’hui

La « boite noire » d’AQMI abattue aujourd’hui

Il figurait en haut de la liste des terroristes les plus recherchés au Maghreb et dans le carré de tête du commandement d’Al Qaida au Maghreb Islamique (AQMI),  Adel Seghiri, Alias Abou Rawaha Al Qassantini, a été tué dans une embuscade ce matin à Mechta Mahssen, dans la commune de Bordj Taher wilaya de Jijel à 400 Km à l’Est d’Alger. Il était en compagnie d’un dangereux Emir de la région, Boufligha Tourki, qui avait rejoint le maquis en 1993. Adel Seghiri était depuis fin 2012 le responsable de la communication et des médias au sein d’AQMI, il est parmi les fondateurs du média en ligne Al Andalus et le créateur du forum terroriste Ifriquya el islamia. Il gérais l’ensemble de la communication de l’organisation terroriste, de sa tanière dans l’épais massif de Seddat, qui a longtemps été le bastion du chef d’AQMI, Droukdel et qui a abrité les camps des familles de terroristes avant qu’elles ne soient dispersées ou qu’elles se rendent.

Le communiqué du Ministère de la Défense n’indiquait pas l’identification des deux terroristes mais très vite les forums djihadistes ont pullulé de messages de condoléances et ont relayé l’information sur l’élimination de ces deux terroristes.

Abu Rawaha, très populaire dans la mouvance djihadiste, a aussi longtemps été l’interface entre la multitude de groupes éparpillés entre le Nord et le Sud du pays et la maison mère en Afghanistan et au Pakistan. Blessé à la jambe dans un accrochage vers 2003, il perdra toute capacité opérationnelle et minimisera au maximum ses déplacements pour se consacrer à l’animation médiatique uniquement. Pour l’anecdote, le second terroriste abattu avait, lui aussi, perdu une jambe au combat et était incapable de se déplacer sur de longues distances.

Adel Seghiri a rejoint le maquis au début des années 90, après que son frère Hichem, lui aussi terroriste, ait été abattu par les forces de l’ordre. Né à Constantine en 1971, il a vécu au quartier chaud de Ziadia, il fera des études d’électronique à l’université et décrochera un diplôme d’ingénieur en 1994.  En 1999 il bénéficiera des mesures de clémence de loi de la Rahma, puis rejoindra encore une fois le maquis en 2002.

Il remplacera en décembre 2012 Salah Eddine Gasmi alias Mohamed Abou Salah, qui avait été arrêté à Bouira le 17 décembre 2012. Seghiri, ne fera pas les mêmes erreurs de son prédécesseur, il n’apparaîtra jamais publiquement ou dans les documents de propagande de l’organisation et dissimulera son identité pendant longtemps. Pour rappel, Gasmi avait fini sur plusieurs watch lists de l’ONU et de gouvernements occidentaux et était activement traqué.

L’élimination de Abou Rawaha est un nouveau coup dur pour AQMI qui subit depuis le début de cette année une multitude de revers, après l’élimination de l’émissaire de Droukdel en Tunisie et un Emir de la Katiba Okba Bnu Nafi, puis l’embuscade de Chechar qui coûtera la vie à 8 terroristes, qui revenaient probablement de Tunisie.

L’exploitation des informations dont disposait Abu Rawaha servira à resserrer l’étau sur le chef d’AQMI qui ne tardera probablement pas à tomber. Elles permettront aussi l’identification des réseaux terroristes en Algérie et à l’étranger.

Comments

comments

Laisser une réponse

x

Check Also

Les MEKO algériennes vont bientôt tester leur armement

La presse allemande a signalé le départ du navire de tests militaire Planet en direction ...

Abdesslam Tarmoun éliminé en Libye

Le chef du groupe armé Mouvement des Fils du Sud pour la Justice a été ...

Lancement du premier satellite de télécommunications algérien Alcomsat 1

Il est 17h45 heure algérienne, ce 10 décembre, 00h45 le lendemain à l’heure chinoise, la ...

Aller à la barre d’outils